avril 16, 2017

JE SUIS MARATHONIENNE !


Il y a une semaine tout juste, je devenais marathonienne, un défi que je ne pensais pas relever de si tôt, toujours à me dire que courir 4h ça doit être long, ennuyant et pour les tarés… Pourtant, le dimanche 9 avril, j’ai pris le départ de mon premier marathon ! 


Le jour J
5h30, le réveil sonne. J'ai bizarrement pas trop mal dormi alors que toute la semaine je n'ai fait que de rêver de ça… M. Petit et moi sommes plutôt silencieux. On se prépare doucement. Un gâteau sport, de l'eau beaucoup d'eau, j'ai tellement peur d’avoir envie de faire pipi tout du long…
6h40 on est parti. Que des sportifs comme nous sur le quai de Nation ! Petit tour aux consignes et au bus ASICS de l'arrivée pour moi ! Je prends l'énergie des copains et j'en profite pour quelques photos devant l'arche tant que je suis encore fraîche (on sait pas le temps que ça va durer) ! 
On retrouve les copains, tour au stand, photos avec les copains, je suis une pile électrique ! Jérôme me dit “Il faut que tu économises tes jambes, arrête de sautiller”. Ok. J'obéis mais je suis toujours autant excitée. On avance vers le SAS. Ils le ferment, trop de monde… Je suis stressée car le coup d'envoi de notre SAS est donné mais nous ne sommes pas dedans… Il faut attendre que la première vague avance… Une fois dedans tout va très vite. Il y a 2 files, l'une qui stagne, l'autre qui avance, et nous voilà déjà prêt à passer la ligne ! C’est parti pour 42km195 avec Fanny et Adrien !


0-5km
C’est top, il fait beau, Fanny a la musique et on rigole sur les premiers kilomètres. Les jambes sont en forme, le soleil est à éviter, on cherche les coins d’ombre pour se préserver. La soif se fait ressentir, c'est d'ailleurs le seul moment du parcours où je sens que l'eau me manque. Les 5 premiers sont dans la poche, j'ai rien vu passer ! Chouette, je vais adorer !

6-15km
Je me place à gauche, mes parents sont à bastille. Manque de bol c'est aussi le ravito du coup impossible de les voir, je reste pourtant focus sur la gauche jusqu'à Ledru-Rollin sait on jamais … Rien, je râle et je râle de pas les avoir trouvé. J'attends le 8e, fraîche comme pas possible et je fais des coucous à Mathilde qui vient courir 12km avec nous ! C’est chouette elle est en forme et aux petits soins pour moi, ravito banane et eau !
On entre dans le bois de Vincennes, je redoute cette partie, j'ai peur qu'elle soit longue mais finalement les kilomètres passent et je ne vois rien. Même pas ma collègue Margaux qui est venue m’encourager... On tient l’allure depuis le début 5’30-5’35 ! Je me sens bien bien bien, en plus on croise plein de copains !

15-25km
Je commence à avoir une gêne à la cuisse, la hanche. Je n'y fais pas attention je n'ai aucune idée de ce que cela peut être alors je reste focus. La côte de Charenton signe la fin du chemin avec Mathilde, le début avec mon frère qui bondit en me voyant avec sa chérie ! 

À Bastille je sais que c'est le deuxième round avec mes parents ! Je ne veux pas les rater, j'ai besoin de leur énergie ! Mon frère passe un coup de fil pour les prévenir qu'on est presque là, et je prends tout ce qu'ils me donnent au km 22 ! 
L'ambiance est dingue sur cette partie, il y a du monde partout et ça tombe bien je me sens bien ! Tellement bien qu’on passe le 24e sans que je m’en rende compte et on arrive sur les quais, l'inconnu devant moi je suis déjà sur une distance que je n'ai jamais fait auparavant ! 25e ma meilleure amie est sur le côté ils me donnent de l'énergie je suis en forme !

26-35km
C’est là que ça se corse. Les tunnels à n'en plus finir, les côtes cassent les pâtes et je ne peux plus nier ma douleur à la hanche. J'ai trop peur de le dire à voix haute, ca rendrait la chose trop réelle mais je dois ralentir le rythme ! Mon frère me motive, il n’arrête pas de parler, de m’encourager et de me conseiller ! Au 27e, mes supers copines sont aussi là !
Quand l'arche du 30 se dresse je suis déjà émue, j'en reviens pas :
1. Parce que c'est passé super vite et que je me sens toujours fraîche juste la hanche qui pêche un peu. 
2. 30 bornes bordel, je suis trop fière !
Bon bien sûr quand la côte du 33e se dresse devant moi je râle, mon frère est aux petits soins, ravitos, encouragement, arrosage. LE MEILLEUR JE VOUS LE DIS!

36-40km
J’annonce à mon frère que ma hanche ne tient plus la route, il est toujours aux petits soins et je le vois se booster pour me tirer vers l’arrivée. Je boite un peu et les kilomètres commencent à devenir un peu longs… J’attends le 40e pour croiser les copains de ASICS, entre temps je me fais doubler par des copains qui m’encouragent ! Sur le côté, les gens sont allongés, jambes en l’air, beaucoup de monde marche autour de moi, je n’ai pas envie de marcher, mon défi c’est de le finir en courant et de ne pas marcher une seule seconde… 

40-42km
J’hurle sur les copains ASICS qui ont bien failli me rater ! Non mais ça alors ! Cyrille et Caro, se joignent à nous pour quelques mètres. “C’est tout droit ?” et lui me répond “OUI… Quelques virages et c’est tout droit” ^^ Merci, tu m’as fait rire, mais intérieurement !

Mon frère ne me lâche pas, il sait qu’on y est, lui aussi commence à avoir des douleurs mais n’en dit rien, il me porte par ces paroles ! Les gens hurlent “500m !” Je me sens pousser des ailes, l’arrivée est si proche… 


FINISH
Dernier virage, la foule, le tapis vert, la ligne, les hurlements et mes jambes qui déroulent comme si plus aucune douleur, je souris, elle est là, je n’en reviens pas, je suis au bout de ces 42km195 avec mon frère, ensemble ! 4h08 de BONHEUR ! La fierté est immense, je suis finisher de mon premier marathon et au moment de s’arrêter, les jambes s’écroulent… 
video

Après un petit tour à la croix rouge avec une trouille de ne pas récupérer médaille et t-shirt, je suis sur mes jambes, avec M. Petit et mon frère. La fierté avec ces 2 hommes est immense. Je ne les remercieraient jamais assez pour tout ce qu’ils m’ont apporté pour ce marathon : avant, pendant et après la course ! 


Et après ? 
C’est 1km2 qu’il a fallu que je marche pour aller rejoindre les copains dans le bois de Boulogne… NON MAIS LES GARS ?! Puis c’est ce sentiment dans le métro, le regard des gens : ceux qui ignorent ce que tu portes pourtant si fièrement autour du cou, ceux qui sont dans le même cas que nous et ceux qui me regardent avec des yeux brillants et qui chuchotent à leur voisin “She did the marathon” tel un super héros aurait sauvé le monde !

Je suis M A R T H O N I E N N E
Et prête à recommencer !
Merci à tous, et vous ?


Petits Blablas

  1. Mon papa a fait son 100eme marathon la semaine dernière à Paris de même en 4h32min. Félicitations j'espère que votre hanche se conduit mieux depuis. Sinon j'aime beaucoup ce que vous avez ecrit ...on sent que vous êtes heureuse d'avoir fait votre 1er marathon.
    Bon courage pour la suite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouh, 100e ! Impressionnant, bravo à lui !
      La hanche est toujours douloureuse, je vais donc aller consulter un médecin rapidement, merci :)

      Un grand merci pour votre commentaire !
      Bises

      Supprimer